Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de charisma45

Le blog de charisma45

Présentation de nos divers voyages en camping-car

Publié le par charisma45

Dix neuvième jour

Au camping nous achetons les tickets de bus, 1.30 Lei aller/personne (0.30€). 20mn de bus, le 301, et nous voila "Piata Romana". Nous prenons le bld Dacia pour nous rendre à la Caléa Victoriei. Nous suivons le sens de visite donné par "le guide du routard". Nous remontons toute la rue.

 

Bucarest 01

Bucarest 04

 En Roumanie on retrouve les mêmes problèmes qu'en Albanie: les fils.

 

Bucarest 07

Bucarest 12

Par contre, les roumains sont très bien équipés pour la collecte des ordures ménagères et ils pratiquent le tri sélectif.  Dans les campagnes, à la place du container jaune, on trouve des grands paniers en fil de fer, cela ressemble un peu à une nasse, pour la récupération des bouteilles en PVC.  

 

Bucarest 13

Bucarest 23

Bucarest est une ville propre même si l'on y voit des choses comme cela. Chez nous, on voit la même chose.

Nous nous arrêtons pour les photos à

- l'Athénée roumain,

-le palais-royal,

-place de la révolution,

-l'église Cretulescu,

-le  cercle militaire,

- le pasajul bijutéria, superbe passage comme l'on trouve à Paris bordé de boutiques et de  terrasses de café

- l'église du monastère Stavropoléos.

Nous arpentons la rue Lipscani, la rue Smardan, la rue Franceza jusqu'au palais de Curtéa veche que nous visitons.

 

Une petite faim et envie de manger français. Nous n'avons pas pu le faire à Brasov. C'est avec une certaine appréhension que je me mets à table. J' ai la trouille de tomber dans les pommes à nouveau. Nous commandons 2 jus d'orange bien frais, 2 steack tartare, bien qu'annoncés pour 300g, cela nous semble beaucoup, 2 bouteilles d'eau plate.

Après un certain temps, je dirais même plus, après un temps certain arrivent enfin les jus d'orange; chaud! heureusement que j'ai demandé de la glace, le verre de 33cl de glaçon y est passé. L' apothéose, le steack tartare! une petite masse de viande 100 g au plus, 4 toasts grillés, 5 frites infectes, 1 salade verte ( en sachet désinfecté à l'eau de javel de chez crudette) le tout pour 40€. 300G c'est l'ensemble du plat. Je suis dégoutté car les roumains qui viennent ici doivent penser manger français. Seul les prix sont français!

Nous reprenons notre marche, traversons la Dumbrovita et passons devant "hanul manuc" une superbe auberge où nous regrettons de ne pas être venu déjeuner entourés de musiciens. Si nous revenons à Bucarest, nous n'oublierons pas d'essayer cette auberge. Nous faisons le tour de l'immense ministère des finances, institut de la statistique. Cela doit être comme chez nous , il doit y en a voir un paquet là dedans qui ne servent à rien. Nous arrivons enfin sur le boulevard de la libération face au palais du parlement. Nous allons voir pour la visite mais là encore "le guide du routard est à côté de la plaque, il n' a pas de visite en français. Cela ne fait rien nous avons quand même vu cet imposant bâtiment que nous avons trouvé plutôt beau surtout vu du boulevard de l'union avec toutes les fontaines.

 

Bucarest Bld de l'union 08

Bucarest-Bld-de-l-union-07.JPG

Ce boulevard que nous remontons jusqu' à la place de l'union est très agréable; de grand trottoirs ombragés bordés de boutiques. Certaines sont malheureusement fermées. Cette avenue à Bucarest pourrait correspondre à nos champs-élysées à Paris. 

 

Bucarest Bld de l'union 09

D'ailleurs on y trouve le même genre de véhicule.

Il n'y a pas que des Dacia en Roumanie.

 

Bucarest Place de l'union 07

Nous traversons la place de l'union sans imiter cette vielle femme. Nous nous demandons si elle arrivera vivante de l'autre côté. Elle devait avoir l'habitude de traverser tranquillement du temps des charrettes à cheval. A Bucarest la circulation est importante.

 

Bucarest 25

Nous rejoignons la "Piata Romana" par le rue Ion Bratianu, la rue Nicolae Balescu et la rue du général Magheru, 3 grandes avenues commerçantes. Les stations de taxi feraient baver beaucoup de parisiens. Ici on n'attends jamais le taxi. Le taxi nous attend. Nous arrivons à l'arrêt de bus, trempé; il fait une chaleur épouvantable et je pense que nous avons fait une bonne dizaine de kms. Bus 301 direction "restaurant Baesana". Vers 17 heures nous sommes de retour au camping-car ou le chat nous attend sur la banquette.

 

De Bucarest à Sibiu.

 

 

 

Publié dans : #Roumanie en camping-car, #Roumanie, #Voyages en camping-car, #Bucarest en camping-car, #Bucarest

Commenter cet article

expat roumanie 09/04/2017 18:05

Je dois partir en stage pour quelques mois dans une startup à Bucarest. Merci pour ce billet qui me permet de me faire une première idée.

George 22/06/2011 12:08


Les fils que vous avez vu partout a Bucarest sont des "cables TV", car les compagnies de cable TV n'ont pas choisi de les installer en soutterain, car "ca coute tres cher"...(!)
On dit que le desir de Ceausescu a ete de creer un boulevard vers sa "Maison" (ou j'ai travaille un an pendant la construction) qui doit etre plus large et plus beau que Champs Elysees la "Maison".


George 19/06/2013 07:11

A propos de la securite: ce qui m'etonne chaque ete c'est que pendant la nuit les rues sont pleines des gens qui aiment se promener presque toute la nuit, meme dans les grands parcs. Ils aiment aussi de se reposer sur les banquettes (qu'on trouve presque partout dans les quartiers), ou ils parlent sans cesse de tout les choses...Mais pour les etrangers, les blocs aux appartements signifie toujours la pauvrete dure, ou peut-etre un danger permanent(drogue, violence, etc). En effet, tout est sur, car presque tous les gens se connaissent et les habitants des blocks (a Bucarest et dans toute la Roumanie) representent un melange(impose par force par les communistes d'avant 1989) des tous les classes sociales et pas seulement la pauvrete. On trouve un "refugie" avec sa BMW , ou Mercedes "dernier cri" ou un gros "Jeep" , mais aussi des gens avec Dacia, Logan, Peugeot, Citroen, Toyota, etc., ou avec une "bike" allemande ou japonaise. On trouve des professeurs, des ouvriers, des "hommes d'affaires", des retraites, des etudiants, des familles qui ont appartenu a la monde roumaine "d'avant la guerre", etc. etc.
Je m'excuse pour mes erreurs, car j'ai seulement une "keypad" anglaise.

Thibault 18/06/2013 17:56

Pour ce qui me concerne je parlais des fils de téléphone/internet/TV qui dans ma rue (à Bucarest), ont disparu depuis quelques semaines, remplacés par de la fibre optique souterraine. Pour moi ces fils enlaidissaient certe la ville mais ils avaient un réel intérêt esthétique pour les photographes. A parte ça une chose qui me plaît à Bucarest, comme à de nombreux autres étrangers qui vivent ici, c'est qu'on s'y sent bien plus en sécurité que dans la plupart des grande villes occidentales.

George 18/06/2013 17:35

A Bucarest, tous ces fils dont je vous ai ecrit sont en "fibre optique" et pas en cuivre...Alors, ca signifie que certains "collecteurs" et/ou "refugiees de Roumanie"(mais si ca ne va pas, ils se transforment "sur place" en refugiees de Bosnie ou de Afganistan) sont deja sur place. Fermez tout, les fenetres et les portes, etc., et essayez de les eviter. Bonne chance !!

Thibault 18/06/2013 14:43

Pour les amateurs de fils, c'est le moment ou jamais d'en profiter, on est en train de les enterrer, dans ma rue ils ont déjà disparu.

Nous contacter

leblogdecharisma45@charisma45.com

Hébergé par Overblog